Ces dernières années, les piano-trios se sont multipliés, mais voici une réelle découverte.

 

Amaury Faye est né à Toulouse en 1990. Très vite, il a  tourné dans sa région natale et, en 2010, a enregistré un premier album, Big Moe Trio avec Louis Navarro à la contrebasse et Pierre Ardré à la batterie.

En 2014, il a rejoint le Berklee College de Boston, où il a notamment étudié avec Joanne Brackeen, une vraie référence dans le jazz américain: pianiste pour les Jazz Messengers, elle a aussi enregistré avec Branford Marsalis (Fi Fi goes to heaven), Chris Potter et Dave Liebman (Arkadia Jazz) ou en trio, avec Eddie Gomez et Jack Dejohnette (Ken Music).

En mars 2015, Amaury a reçu le Berklee Jazz Performance Award qui récompense le meilleur pianiste de l'année. Dans la foulée, le jeune pianiste français a remporté le Tremplin du Jazz d'Avignon et a été lauréat du Tremplin de Vannes comme Focal Jazz de Vienne.

A côté de son travail en tant que leader, il fait partie d'Initiative H, une formation de 12 musiciens qui est dirigée par le saxophoniste David Handrechy et qui a gravé deux albums: Deus ex machina et Darkware.

Depuis quelque temps, il s'est établi à Bruxelles. Aussi, peut-on l'entendre au sein du Vogue Trio du contrebassiste Giuseppe Milaci, un élève de Jean-Louis Rassinfosse et Philippe Aerts: ce trio sera en tournée en Belgique en novembre prochain.

Pour Clearway, Amaury Faye retrouve son ancien complice, Louis Navarro. Né en 1991, celui-ci s'est d'abord dédié à la basse électrique et au funk, avant de s'inscrire dans la classe jazz du Conservatoire de Toulouse et de poursuivre des stages avec Hein van de Geyn et Pierre Boussaguet.

A la batterie, Théo Lanau: né en 1990, comme Amaury, il a découvert le jazz au Collège de Marciac, avant de s'inscrire au Conservatoire de Paris puis de Bruxelles, ce qui lui a valu de suivre les enseignements de Daniel Humair et Stéphane Galland. Depuis quelque temps, il joue en Belgique avec Manolo Cabras et côtoie différents musiciens issus de Tricollectif.

Clearway comprend 7 compositions originales, An Oscar for threadwell de Charlie Parker (un thème enregistré avec Monk au piano) et Witchcraft de Carolyn Leigh et Cy Coleman, une chanson souvent reprise par Frank Sinatra mais aussi jouée par Bill Evans, dans cet esprit Songs without words cher à Fred Hersch.

Tout au long de ce répertoire, Amaury Faye allie sens aigu du rythme et du lyrisme mélodique (Witchcraft). Par ailleurs, à la manière d'Evans, il joue autant du trio que du piano. Ainsi, Believe it or not s'ouvre sur une brillante intro contrebasse/batterie, avant de déboucher sur un splendide solo de piano mais aussi de conltrebasse. Sur Clearway Street, c'est la batterie qui introduit le thème et sur Off roading, c'est la contrebasse sur un rythme enlevé.

Sur Sunday morning blues et sur An Oscar for threadwell, un thème très bop, sont joués sur un tempo enlevé, Bad surprise et Vence se développent sur un rythme plus calme, avec Théo Lanau aux balais.

Quant à Journey to the Eastcoast, qui clôt l'album, le thème voit son tempo évoluer et s'accélérer au fil du temps.

Manifestement, Amaury Faye cumule technique et inspiration tant dans le jeu que l'écriture.

Un très bel album.

Pour le moment, des concerts du trio sont prévus en France (Vienne, Vannes, Avignon, Marciac: calendrier détaillé sur le site d'Amaury Faye). Le trio sera en tournée en Belgique en mars 2018 (Jazz Tour).

Claude Loxhay

INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter d'Amaury pour recevoir ses actualités par mail.

© Amaury Faye - Website by Lancer Un .Site - Mentions Légales